image site

Il me semble que l’on vit une époque, où le monde fonctionne à l’envers des lois naturelles. La gentillesse, la bienveillance, l’empathie sont perçues comme des faiblesses au profit de la réussite à tout prix. On reconnaît quelqu’un à son appartenance sociale et non plus à ses valeurs ou ses qualités.

L’autorité semble prévaloir sur la fermeté. Diviser pour mieux régner semble être devenue louable alors que rassembler les gens malgré leurs divergences semblent être classé dans un dossier désuet. S’autoriser à avoir son propre libre-arbitre, ses propres opinions construites sur son vécu et son éducation, s’accepter en tant que personne unique qui a son propre chemin à parcourir semble « emmerder » bcp de monde.

Plus on prône la solidarité, plus l’intolérance est poussée à son paroxysme. On cherche désespérément des coupables à tous nos soucis sans jamais se demander si le problème ne viendrait pas de nous. On cherche des boucs émissaires pour leur faire porter nos responsabilités et ne pas avoir à se confronter à nos erreurs.

On étale sur les réseaux sociaux un bonheur ostentatoire plein de sensations plutôt que de juste partager nos émotions.

Plus on éprouve le besoin de témoigner de sa différence au nom du « vivre ensemble », plus on divise en rangeant les personnes dans des cases.

Plus on voit la planète et la biodiversité se détruire, plus on cherche des médicaments pour contrer l’émergence des maladies et virus que cela génère. Ms ne serait-il pas plus judicieux de chercher à recréer cette biodiversité?

Plus le monde est individualiste, plus on essaye de donner de la consistance à notre humanité en nous faisant croire que notre rôle est de nous occuper et de protéger les autres. Plus l’humain se vide de sa substance, plus il cherche à combler ce vide par l’autre, au travers de l’autre. Mais, notre plus grand défi, n’est-il pas d’abord d’avoir conscience de soi-même, de trouver en soi une sérénité véritable qui nous ouvre la porte aux autres. N’est-ce pas un leurre que de vouloir sauver l’autre avant de s’occuper de soi ?

Plus l’humain s’éloigne de lui-même, plus il absorbe alcools, drogues et psychotropes.

C’est un monde où l’on panse les blessures plutôt que de les soigner.

Un monde, où l’illusion a pris le pas sur la vérité.

Il est temps de revenir à soi et à sa responsabilité individuelle, d’arrêter de se fuir pour se rencontrer et se découvrir. Armé et fort de ces prises de conscience là, l’humain peut reprendre sa juste place sans rien chercher à combler dans sa relation à l’autre. Il s’git d’être la personne la plus importante pour soi afin d’être en mesure de donner le meilleur de soi-même… dans la vie tout simplement. Vous comprenez pourquoi le monde est inversé…Alors… et si on revenait à nous ???

Nathalie MOLENDI