est-on faible quand on est vulnérable

Comment réagissons-nous face à quelqu’un qui nous livre ses difficultés ? Je crois que dans le pire des cas, nous sommes démunis. Nous avons envie de lui apporter notre soutien sans savoir comment faire. Dans le meilleur des cas, nous savons être réconfortant, apaisant, empathique. Mais jamais nous ne cherchons à mettre cette personne plus basse que terre. C’est notre humanité qui refait surface, nous sommes touchés par la fragilité de l’autre. La vulnérabilité n’est donc pas une honte mais plutôt la capacité à entrer en lien avec l’autre pour sortir de situations critiques.

Ressentir, c’est être vulnérable. C’est être au cœur de nos émotions et de nos sentiments. La vulnérabilité n’est pas un choix. C’est la vie ! La vie est vulnérable !

A chaque fois que nous entrons en relation avec quelqu’un ou que nous tombons amoureux (se), nous sommes sous l’emprise de nos émotions. Nous sommes donc vulnérables. L’amour est incroyablement risqué. C’est se dévoiler sur le plan affectif. Pour autant, cela semble impossible de ne jamais créer de lien à l’autre ou de ne jamais tomber amoureux(se). Alors est-ce vraiment si dur d’accepter d’être vulnérable alors que c’est quelque chose de totalement inhérent à la vie humaine ?

Nous sommes vulnérables quand nous accompagnons un proche dans la maladie, quand nous faisons euthanasier notre animal de compagnie, quand notre enfant nous annonce se faire harceler à l’école, quand notre hiérarchie nous fait des réprimandes sur votre travail…

Mais est-ce que cela signifie, pour autant, que nous sommes faibles ?

La réponse est NON. Cela signifie, que le doute et l’incertitude s’installent. C’est reconnaître ses émotions et oser prendre des risques.

Est-ce que cela signifie, également, que nous sommes dans l’incapacité de réagir face à la situation ? Une fois encore, la réponse est NON. Nous sommes simplement en dehors de notre zone de confort.

Être faible, c’est justement nier la situation, la fuir la refouler ou y répondre avec agressivité. C’est refuser de s’y confronter, de prendre sa part de responsabilité ou de demander de l’aide. C’est se laisser submerger par sa peur, rester dans l’incapacité de réagir ou porter sur l’autre des jugements permanents et des critiques pour refuser de voir ce qui ne va pas chez nous. C’est se renier. C’est porter un masque en luttant au quotidien contre soi-même. C’est se détacher de ses propres sentiments et toute l’humanité qu’il y a en chacun de nous.

Dans notre société, la vulnérabilité semble être interdite et est aux yeux de beaucoup comme une mise en danger. On se croit faible si on est vulnérable. C’est pourtant à cet endroit précis qu’on se construit. C’est l’inverse de la faiblesse. C’est afficher en public son authenticité, sa fragilité, ses doutes et ses incertitudes en étant suffisamment sécure face à la réaction de l’autre. La vulnérabilité a le goût de la sincérité et du courage. C’est oser se mettre à nu quand tout le monde est habillé. C’est prendre le risque d’être trahi, humilié ou jugé.

J’irai même jusqu’à avancer que la faiblesse est un manque de vulnérabilité. Quand on est conscient de soi, de sa sensibilité, de ses émotions, on prend beaucoup moins le risque d’être blessé…

Alors qu’est-ce qui vous rend vulnérable ?

Nathalie MOLENDI