annee du tigre

Avant de commencer, je rappelle que dans la pensée chinoise, il est important de considérer que même dans le chaos il y a un ordre. … dans tout chaos est un cosmos et dans tout désordre un ordre secret, une loi constante où une polarité s’exprime plus que l’autre mais où tout est juste.

Il est intéressant de toujours bien garder à l’esprit que dans la pensée chinoise, on parle de polarité et non de dualité. Tout fonctionne ensemble. C’est le yin et le yang. Il a toujours un peu de yin dans le yang et de yang dans le yin. Ce n’est pas parce que l’on perçoit les peurs et la colère, que l’on sent que tout se disperse, que quelque chose est en train de céder, d’éclater, que l’on ne peut pas en même temps sentir l’émergence de solidarité, de bienveillance, d’humanité et de générosité. Il est difficile dans notre pensée occidentale de comprendre cette notion de polarité. On parle beaucoup plus de dualité, comme si les choses étaient opposées.

On parle de bien et de mal, de gentils de méchants, de bons et de mauvais citoyens… Dans la pensée chinoise, on ne parle pas de dualité mais de polarité, deux choses indissociables l’une de l’autre, qui ne peuvent pas exister sans l’autre. Ce sont deux forces opposées attractives qui font le monde et qui permettent la transmutation vers quelque chose de nouveau. Accepter les difficultés de notre époque, c’est accepter d’en voir surgir quelque chose de nouveau. Dans chaque élément de la pensée et de l’astrologie chinoise, c’est toujours aller voir les deux facettes de notre personnalité.

On reconnait bien évidemment beaucoup plus facilement nos forces et nos bons côtés. C’est beaucoup plus facile de se positionner dans le rôle du gentil mais la seule façon de se reconnaître vraiment, c’est d’aller voir aussi notre part d’ombre, de vulnérabilité, de souffrances. L’énergie de l’année subit évidemment cette même polarité où la lumière et l’ombre s’opposent en quête perpétuelle d’équilibre.

L’année 2021 était sous le signe du buffle de métal. A l’image de ces 2 éléments incarnant la terre et le métal, l’année fut rude. L’immobilité et la densité de la terre ont subi les injonctions étatiques, les lois, les décisions tranchantes du métal. Les concessions n’étaient pas possibles et les émotions tenues à distance. On était à l’ère de l’ordre juridique et rationnel coupé d’une part d’humanité. La terre portait son boulet au pied et l’a subi toute l’année.

L’année 2022 est le commencement de quelque chose de nouveau. Cette année sera sous le signe du tigre d’eau. L’eau est l’élément transitoire entre le métal qui symbolise le passé, la mélancolie, et le bois qui est l’avènement de quelque chose de nouveau, un nouveau printemps. L’eau peut représenter les peurs de perdre quelque chose d’acquis et de connu. C’est un temps de deuil de l’ancien pour s’autoriser à laisser la renaissance s’installer.

Le tigre, symbole de force et de courage, de bravoure, de puissance, de pouvoir et de leadership, symbole de justice va tenter peu à peu de se faire une place sous cette eau qui dominera cette année. L’eau représente le mouvement. C’est l’analogie d’un fleuve qui avance et ne remonte pas à contre-courant. On va vers l’avant. Le mouvement est enclenché. Attention à l’ancrage, la terre fera défaut cette année. On a ce mouvement de l’eau qui nous embarque et cette ascension du bois qui nous élève.

L’élément eau est associée à l’émotion des peurs. On peut avoir le sentiment d’être embarqué dans un flux qu’on ne peut pas stopper. Il sera important de prendre de vrais moments de ressourcements, de revenir à soi, de calmer ce flux. L’introspection est également une métaphore de l’eau. C’est descendre dans les profondeurs des océans, symboliquement de son être pour entreprendre un véritable travail d’introspection. Laisser émerger ses peurs et s’y confronter plutôt que de les fuir. L’eau est l’occasion de faire un véritable travail sur soi pour mieux appréhender l’émergence du bois, changement et du renouveau. Tout se gère avec sérénité quand on se sent aligné et ancré en soi. On accepte de traverser les tempêtes, de laisser la vie couler à travers nous. C’est accepté humblement que nous ne contrôlons rien et n’avons aucun pouvoir sur notre vie. C’est lâcher prise, vivre et confier notre vie à la Vie…Dans une année eau, qui de plus n’est pas très pure, pour pallier les peurs, on peut développer un système de défense étoffé ou on ressent le besoin de dominer les autres pour se sentir en sécurité et prendre le pouvoir. Chercher l’équilibre dans une année eau, c’est utilisé le courage et la détermination de l’eau, sa force d’usure. C’est trouver la force en soi et en ses capacités. C’est ne pas se décourager en cas de difficultés et de danger et bien sûr en tenant compte de l’autre.

Le tigre, en astrologie chinoise, est sous l’emblème du bois avec également l’émergence du feu qui aura du mal à s’incarner mais que l’on sentira subtilement commencer à vibrer.

Le bois est bien sûr l’expression de la colère. Les peurs liées à l’eau si elles ne sont pas apaisées vont instinctivement laisser surgir soit un besoin de fuir, soit un besoin de combattre. C’est de là que la colère peut émerger. Des mouvements de révolte peuvent sortir avec le besoin de faire justice. Le bois est l’ennemi de l’injustice…Mais le bois c’est également la générosité, la bienveillance. L’humain revient au centre. Il y a un véritable mouvement d’élévation vers le haut. La spiritualité des êtres humains se développent. On sent un besoin profond et vital de redonner du sens à la vie.

Dans chaque élément de la pensée chinoise, il y a bien sûr des choses positives et d’autres plus négatives. On a le choix de choisir sous quel angle de vue on décide de voir le monde. On peut se laisser embarquer par ses peurs et sa colère ou tourner notre regard de l’autre côté, en voyant cela comme un changement et une transition vers quelque chose de nouveau que l’on a hâte de découvrir, quelque chose de l’ordre de l’élévation de conscience, de la reconnexion à nos émotions, à quelque chose de plus en accord et en lien avec l’autre… Dans cette vision-là, l’être reprend sa place entre ciel et terre, entre son incarnation humaine et sa dimension céleste.

Malgré les tensions qui peuvent perdurer sur l’année 2022, on amorce un vrai tournant vers un renouveau. Et comme je l’ai dit au début tout est juste. Rien n’est au-dessus des lois de la Nature. Alors bienvenue dans cette nouvelle année et lâchons prise, laissons guider et vivons tout simplement…